07 décembre 2005

Seven Swords

sans_titre72

Réalisé par Tsui Hark
Avec Donnie Yen, Leon Lai, Charlie Young
Hong Kong - 2004 - 2h25

A l'aube des années 1660, la Mandchourie annexe la Chine pour y installer la dynastie Ching. A la suite des multiples insurrections contre le gouvernement, ce dernier interdit l'étude et l'exercice des arts martiaux afin de maintenir l'ordre et la discipline dans le pays. Fire-wind, chef militaire de la dynastie antérieure, se dit qu'en aidant le gouvernement à faire appliquer la nouvelle loi il parviendra à s'enrichir rapidement. Il a projeté de s'attaquer à la dernière ville frontière, petite bourgade du nom de Martial Village, dont les habitants sont réputés rebelles et courageux.
Fu Qingzhu tente de mettre un terme à cette boucherie et décide de sauver Martial Village. Il convainc deux habitants de l'accompagner jusqu'au Mont Heaven pour solliciter l'appui de Maître Shadow-Glow. Ce dernier leur vient en aide et ordonne à quatre de ses meilleurs disciples de partir.

Ahhh on le tient notre grand retour de Mr Hark. En effet après avoir réalisé des films à la qualité douteuse (« Black Mask 2 », qui s'est littéralement fait descendre par une critique presse calamiteuse et surtout ses productions américaines avec Van Damme, « Piège à Hong Kong » et « Double Team »), celui qui fait partis des plus grands réalisateurs asiatiques nous revient en grande forme avec cet hommage aux Wu Xia Pian (Films de sabre chinois) tout en apportant un anti « Tigre et dragon » à la hauteur des espérances des fans de films épiques.

C'est bien simple, vous prenez « La princesse du désert », vous lui rajoutez de vraies scènes d'héroïsme typiquement hong kongaise et surtout une réalisation hyper léché et vous obtenez ce « Seven Swords ». Pour l'information, Tsui Hark s'est fortement inspiré du chef d'œuvre de Kurusawa « Les sept samouraïs », pour ne pas dire qu'il nous fourni ici son remake non officiel. Alors certes il n'arrive pas à la cheville du grand maître japonais (il avoue lui-même que c'est une œuvre indétrônable), mais grâce à l'ambition engagée pour ce long métrage et surtout aux efforts titanesques fournis pour nous garantir une réalisation de toute beauté, l'œuvre parvient à se hisser au rang de grand film, aux côté des deux premiers « Il était une fois en Chine » déjà réalisé par le même Hark.

Le principal point fort du film vient de ses personnages. En plus d'être parfaitement interprétés, ils possèdent tous une psychologie quasi parfaite ce qui rend l'œuvre encore plus crédible. C'est un fait rare dans ce genre de films. En effet, chaque « héro » possède une personnalité relativement poussée propre à lui, permettant notamment de nous fournir des scènes sublimes lors des doutes de certains personnages: les séquences entre « Perle verte » et Chu Zhaonan sont renversantes de par leurs lyrismes et la réalisation magnifique accompagné d'une photographie quasi parfaite.

A noter la présence de Lau Kar-Leung dans le rôle du vieux combattant, alias Lui Chia Lang, le mythique réalisateur de « La 36ème chambre de Shaolin », qui coordine les scènes d'action du film ici.

Au niveau des personnages encore, on retiendra le charisme énorme des « méchants » qui donnent l'impression d'être tout droit sortis d'une œuvre cyberpunk grâce à leur look complètement décalé (tatouages tribaux, coupes de cheveux loufoque et vêtements proche du style « Mad Max »). C'est certainement les « méchants » les plus réussis depuis un bon bout de temps au cinéma.

Sinon je reconnaît que pour tout néophyte du cinéma asiatique, le film peut paraître parfois long et surtout posséder quelques scènes limite « nianian » (l'abandon des chevaux entre autre...) mais c'est le genre qui veut ça et ici rien n'est fait dans l'excès (du moins pas dans le mauvais côté des choses !).

Mais il est tellement rare de voir un vrai bon film asiatique distribué dans un nombre de salle raisonnable qu'il serait bête de ne pas en profiter ! Alors merci Mr Hark de ce cadeau de Noël et nous attendons la suite de ce film (déjà en préparation selon les rumeurs) avec impatience !

Posté par travisisdead à 14:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Seven Swords

    Tres bons gouts

    Nous avons décidemment les mêmes gouts. Excellent.

    Posté par Deweysax, 07 décembre 2005 à 14:14 | | Répondre
Nouveau commentaire