16 janvier 2006

L'encyclopédie du Nanar vol 19: Battlefield Earth

326794920_small

Réalisé par Roger Christian
Avec John Travolta, Forest Whitaker, Richard Tyson
USA - 1999 - 1h55

En l'an 3000, la Terre n'est plus qu'un désert, et l'homme une espèce en voie de disparition. Mille ans auparavant, les féroces Psychlos ont envahi notre planète, anéanti ses défenses, rase ses villes et aboli ses institutions. Le chef de la sécurité des Psychlos, Terl, est un des personnages les plus redoutes de cette Terre barbare. Au milieu des Rocheuses, vit un jeune et héroïque chasseur, Jonnie Goodboy Tyler, décide a redonner espoir et dignité aux siens. Capture, il rejoint la cohorte des esclaves de Terl.

Bababahhh, par où commencer? Bon tout simplement: "Battlefield Earth" est la bouse, le nanar, voir le navet, le plus cher d'Hollywood. Pour la petite histoire c'est l'adaptation d'un roman de L.Ron Hubbard qui est le grand créateur de la magnifique secte des stars: la scientologie.
Bon sachant tout ceci, il est difficile de vouloir mater un film pareil, sachant surtout que les deux têtes d'affiche (John Travolta et Forest Whitaker) sont eux aussi membres de cette congrégation. Alors film de propagande?
Et bien je l'ignore, du moins j'espère pour les membres de cette "religion" qu'ils ne croient pas ce qui est prêché dans cet ouvrage à la qualité plus que médiocre, qui, en plus de faire honte à un style tout à fait vénérable (la science-fiction donc) en bafouant tout les codes du genre, devient risible par son déroulement vraiment "n'importe nawak" et ses dialogues que même le gros Luc n'accepterais pas (dsl je t'en veux Luc, mais bon...).

Non franchement, c'est du grand n'importe quoi du début à la fin, quoi que les dix premières minutes sont regardables, je l'admet, c'est sur joué mais regardable. Là où le tout bascule (dans le côté obscur), vient lors de la première apparition d'un Psychlo (être de 3 mètres de haut avec piercing et rasta venant de la planète Psychlo...). Alors là, on entre forcément dans un état de transe tant on sait que l'on a affaire à un pur nanar: ralenti kitsh, photographie saturé pour masqué les "non talents" d'un réalisateur nourri aux clips MTV sans pouvoir arrivé à nous fournir un plan clean. Et surtout, effets spéciaux très limite (avec des rayons lasers qui font pitié et incrustations sur fond bleu fades...).

Je porte aussi un énorme coup de gueule au "réalisateur" (je laisse les bénéfices du doute concernant son statut), Roger Christian, qui nous livre ici un objet qui doit malheureusement être interdit aux épileptiques, tant la durée de ses plans et ses cadrages "à la ouanegaine" donne la gerbe. Dire qu'il était le réalisateur de seconde équipe de "Star Wars épisode 1"...
N'oublions pas les scénaristes, qui apparemment n'ont pas compris qu'ils faut essayé de mettre des liaisons entre les scènes afin d'éviter d'avoir l'impressions que les personnages se téléportent comme par magie (OK les Psychlo peuvent se téléporter mais seulement de planètes en planètes!). Non c'est un désastre...

Autant c'est marrant durant la première moitié du film, autant on a tendance à tourner de l'oeil sur la fin. Rajoutons à cela un message mystico/religieux à dix centimes d'euros et très douteux (c'est quand même la base de la "religion" scientologue...) et surtout un hymne anti-capitalisme (les Pshychlo sont de méchant être à la recherche de richesse sur notre belle planète verte, un comble pour cette pseudo religieux de bourgeois!).
Non là on touche le fond, manquerais plus que Tom Cruise participe à ce chef d'oeuvre (il fait lui aussi partis de cette congrégation...).

Voilà, c'est à peu près tout ce que l'on peut dire de ce film, une sorte de comédie de science fiction pas drôle (et pas volontairement "drôle") qui font honte à la science fiction, à ses acteurs (bon Dieu Forest qu'est-ce que tu fout là!!!) et à toute les grosses productions hollywoodiennes (que je n'apprécie pas forcément, mais que je respecte assez pour en être dégoûté quand je vois ce genre de résultat).
C'est vraiment désastreux en tout point, mais ça a au moins l'avantage de nous prouver qu'avec beaucoup de budget on peut faire des daubes innommables, ça renforce en même temps le dégoût des gens qui veulent se lancer dans le cinéma sans le moindre sous.

Enfin bref, à voir pour se payer une bonne tranche de rigolade!

Posté par travisisdead à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'encyclopédie du Nanar vol 19: Battlefield Earth

Nouveau commentaire